Focus sur la Bourse Dailymotion : Ride my pain away

Un nouvelle interview d’un candidat à la Bourse Dailymotion !

1. Peux tu nous rappeler ton parcours?

Alors que je voulais faire une école de journalisme, après deux longs stages chez Globe Hebdo et à l’AFP audio, je me suis retrouvé à animer les matinales de Radio FG à la période de l’explosion des raves et de la French touch (1995). J’avais 20 ans. Plus question d’école.
Après deux saisons radio, j’ai découvert l’image, la réalisation et le montage, chez Game One, la chaîne des jeux video. Devenu journaliste pour l’émission Tracks d’Arte, j’ai réalisé de nombreux sujets sur les cultures de rue – graffiti, danse hip hop, skate – et eu la chance de voyager à New York, Philadelphie, Miami ou encore Detroit.
Plusieurs saisons chez Radio Nova, au contact de Jean-François Bizot et de Marc- Alexandre Millanvoye, m’ont permis d’approfondir ma connaissance de l’underground. J’ai développé à la même période une forte attirance pour les «ghetto-cultures» américaines ; des scènes musicales indépendantes, entre hip-hop et musiques électronique. Un projet de documentaire sur ces musiques m’a fait découvrir les ghettos noirs de Chicago, Baltimore, et Houston.
En 2007, j’ai réalisé mon rêve de kid, je suis allé pour la première fois en Californie. À Ocean Beach, beach village proche de la frontière mexicaine, j’ai rencontré toutes sortes de freaks, de white-niggers, ces Américains ayant décidé de vivre dans la marge. J’en ai fait un livre de photo-reportage : Ocean Bitch!
Depuis un peu plus d’un an, j’écris pour Cream et Fixé, deux magazines spécialisés dans les formes alternatives de vélo, ce qui m’a permis de confirmer mon intuition : la contre- culture américaine vit désormais montée sur roues. C’est l’America on wheels.

me
2. Un mot sur ton projet en cours

Roller, vélo, Mobylette, à partir d’un simple moyen de locomotion, ou d’une banale discipline sportive, les jeunes Américains ont créé de réelles contre-cultures avec leurs propres codes, rituels, langages, esthétisme, mythologies, folklores.
JB Roller Skating, Roller derby, Moped Gangs, Freak Bikes, ces pratiques on wheels fédèrent de nombreux créatifs et génèrent leurs propres musiciens, photographes, vidéastes, graphistes, stylistes…
Loin du discours campant une Amérique à la contre-culture devenue un business comme un autre, America on wheels va dénicher ces nouvelles cultures hyper codifiées, à l’esthétisme très fort et extrêmement référencé, où tout est fait avec une bonne dose de second degré.

roller

3. Ton opinion sur le lancement de ce fonds de soutien

I love you ! Je n’attendais que vous…

4. Un truc à dire en particulier ?

« America on wheels » is crack ! Comme disent mes copains cainri : this shit is dope !


America On Wheels / Teaser par schmito