Focus Motionmaker : Patrick Boivin

focussur

1/ Pouvez-vous nous rappeler votre parcours? (formation, les gens avec qui vous avez été amenés à travailler…)

image-2Je n’ai aucune formation particulière. Je suis un décrocheur scolaire “modèle”. À 15 ans, un bon ami à moi (Strob, avec qui j’ai fait Iron Baby) m’a fortement influencé à faire de la bande dessiné par ses lectures et ses grands talents de dessinateur. C’est ainsi que j’ai commencé à raconter des histoires.

Par la suite, j’ai rencontré plusieurs autres “bédéistes” avec qui j’ai rapidement entrepris de réaliser des courts métrages humoristiques. Le projet qui n’était initialement que pour le plaisir est rapidement devenu une passion chez moi. C’était il y a 15 ans.

Depuis, je n’ai fais que ça. Ne disposant la plupart du temps d’aucune source de financement, j’ai joué l’homme orchestre pour la grande majorité de mes projets, ce qui m’a permis d’accumuler beaucoup d’expérience dans toutes les différentes spécialités nécessaires à la création d’un film. Je peux aujourd’hui faire un projet du genre « At-At day Afternoon » seul avec moi même en quelques jours…

Mes deux plus grandes qualités sont la naïveté et l’acharnement. J’ai souvent eu l’impression qu’un truc était réalisable alors que les gens autour de moi me déconseillaient d’y consacrer du temps. Or du temps, j’en ai mis beaucoup dans tout ce que j’ai fait. C’est d’ailleurs ce que je déplore en générale chez beaucoup de gens, ce manque d’investissement en temps. Pour ma part, c’est le temps que j’accorde à mes projets qui fait toute la différence.

2/ Quelles sont, dans vos vidéos, celles qui vous semblent le plus intéressantes, qui vous tiennent le plus à cœur, et pourquoi ?

image-1Je suis grandement connu sur le web grâce à mes animations en Stop-Motion, mais mes créations les plus importantes à mes yeux sont celles en « live action” avec des comédiens. La fiction est ma véritable passion, et mes plus gros projets pour les années à venir sont des projets de long métrage sans animation, et plusieurs sans aucun SFX.
Ma vidéo la moins populaire fait sans doute partie de mes préférées que j’ai sur Dailymotion : « The Grief« .

Je travaille en ce moment sur un projet de long métrage avec un ami, du nom d’Olivier Roberge. Il s’agit d’une histoire d’amour qui s’apparente à mon court métrage intitulé “Ça Pis Tout l’reste” (que je me dois de mettre sur ma page Dailymotion en vitesse!).

3/ Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la vidéo (films, réalisateurs, outils…)

Lorsque j’ai commencé à faire de la bande dessiné, je me suis senti libéré d’une multitude d’interrogations sur mon avenir. J’allais devenir artiste et j’allais raconter des histoires. Mais la bande dessiné est une forme d’art très difficile et très ingrat. La vidéo s’est révélée être une excellente alternative pour raconter de façon beaucoup plus rapide des histoires qui étaient diffusées de façon beaucoup plus efficace.

image-3J’ai fais de la télévision pendant quelques années, dont 6 ans de réalisation de pub télé. À la fin de 2007, j’en avais vraiment assez de ce monde très superficiel, et voyant tout ce qui se passait sur le web, j’ai eu envie d’y faire ma place avec un pari un peu (très) naïf : arriver à en vivre.

C’est alors que j’ai commencé à faire de l’animation. J’ai tout arrêté et j’ai vécu quelques mois sur une marge de crédit. C’était pour ainsi dire un “all in” qui aurait pu me mettre dans le pétrin financièrement. La première vidéo que j’ai faite était « Bumble Bee beats Optimus Prime« . Cette vidéo à connu un grand succès et elle m’a encouragé à poursuivre avec l’animation de jouets. Rapidement, j’ai été approché pour réaliser des vidéos clips et des vidéos virales pour le compte de différentes compagnies, ce qui fait qu’aujourd’hui, j’en vis très bien et j’arrive même à financer mes autres projets moins populaires.

4/ Quelles sont vos vidéos favorites sur Dailymotion ?

« The Tourists » de Malcolm Sutherland ! Il a trois autres vidéo sur Dailymotion (Animalcolm) qui sont également incontournables. Malcolm corespond parfaitement à ma définition d’un « artiste ».

5/ A quel autre Motionmaker souhaiteriez-vous voir poser ces questions ?

Didier Ze Mime. Ces gars là font un travail de fou et il serait fort intéressant de connaitre leur processus de création.

6/ Un truc à dire en particulier ?

Vive le web!